Quand j’étais revenue en 2013, j’ai cru que ça serait un nouveau départ. Qu’on apprendrait à gratter à l’intérieur et qu’il serait doux. Qu’il aurait compris. Comme une leçon.

Les deux premières heures n’ont pas été trop difficiles. Car il ne savait pas. Que je n’étais pas partie seule.

Je n’ai plus envie de me souvenir. Je veux juste me rappeler de Louis et de la nature. Comme un lieu magique où me réfugier quand il n’est pas celui que je voulais. J’étais revenue auprès de lui, avec un manque, et me voilà comblée, j’étais redevenue en à peine quelques jours celle que j’étais.

J’ai commencé en 2013 à imaginer des histoires où il ne s’en sortait pas. Des accidents. Ou des histoires où, lui, commettant un crime, cela le menait droit en prison. Mais comme sa personnalité lisse, d’apparence, le rendait parfait en société, je me suis mise à fomenter des complots.

Des histoires dans ma tête. Folle ? Je crois que quand on est seule, on se doit d’être son meilleur ami aussi et de se parler.

Je lisais beaucoup. M’occupais beaucoup de la maison.

Je ne sortais pas. Encore moins qu’avant 2013. Mon téléphone confisqué. Mon ordinateur bloqué par un code. Mon compteur kilométrique relevé.

Alors, à côté des baies, dans le garage, quand je fuis le lit conjugal, c’est dans ce journal que j’écris. Et que moi seule contrôle.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s