Vendredi 15 Janvier 2016 – Nina

Vendredi 15 Janvier 2016 – Nina

Je suis trop bête, de pleurer pour des bêtises. Il me reparle, je dirais que c’est un mieux. Combien de femmes vivent des situations beaucoup plus difficiles que la mienne ? Il est parfois indélicat. Il est malheureux.

Mon mari, j’ai toujours été très fière de le présenter. Son charisme, en quelques sortes, rejaillissait sur moi. Plus forte, j’ouvrais les yeux sur le monde qui m’entourait et arrêtais de me recroqueviller. J’étais devenue une femme.

Une femme qui tarde à concevoir. Mon corps refuse de créer la vie.

En toute franchise, je ne sais pas si le soucis vient de moi. Après quelques discussions, auxquelles je n’ai quasi pas pris part, Miguel a dit que j’étais infertile. Il doit avoir raison.

Lire la suite « Vendredi 15 Janvier 2016 – Nina »

Décembre 2015 (2) – Céleste

Décembre 2015 (2) – Céleste

La journée semble longue et pourtant je souris à pleine dents. Dans deux heures je vois Miguel. Je sais ce que vous pensez. Et vous avez tort. Miguel est mon psy.

J’ai décidé il y a 6 mois de prendre le taureau par les cornes et de combattre mes peurs, d’arrêter les médicaments, réduire l’alcool, recommencer à appeler maman.

Miguel n’a pas jugé. Il aurait du. Ma situation est ridicule. J’ai une mère et une grand-mère géniales. Un frère présent. Un salaire, un toit sur ma tête, une taille 38, de l’attention masculine. Une machine à café. Mais visiblement, il me fallait comme 15% de la population occidentale aussi un mec qui décortique mon enfance pour faire semblant d’aller mieux. N’empêche, je fais tourner l’économie de service.

Je me suis longtemps convaincue que j’étais dans un mode de vie simpliste hors du monde de consommation. Avant d’ouvrir les yeux sur les colis qui m’arrivent tous les jours de la semaine.

Lire la suite « Décembre 2015 (2) – Céleste »

Décembre 2015 – Céleste

Décembre 2015 – Céleste

J’ai tout fait pour ne pas être un cliché. Je me suis battue contre le fait de ne pas avoir de père, une mère trop protectrice, une généalogie d’alcooliques, un cerveau un peu trop performant.

Je cherche à m’aimer, ou je m’aime trop ? Ou je me hais ? Comment être aussi lucide sur le monde qui m’entoure ? Comment avoir aucun contrôle sur moi ?

J’ai bien essayé de m’intéresser à la pleine conscience, à l’introspection, au détachement. Et je suis systématiquement revenue au piano, au verre de vin rouge, au carnet tout griffé par mes stylos, à la peinture du bout des doigts. Quand personne ne me regarde.

Lire la suite « Décembre 2015 – Céleste »

Prologue – Céleste

Prologue – Céleste

Il ne m’a pas dit son nom, mais je m’en fichais. Bertrand, René, Matthieu, Paul: ce n’est pas ça qui m’intéresse. Je ne veux juste pas me retrouver seule. J’ai trop peur seule chez moi.

D’accord, j’ai l’air d’une femme. Je suis une fille. J’ai besoin d’une béquille. De chair ? Oui, je m’en fiche de leur âme.

Il a poussé la porte, j’ai fait le code, on a ouvert. Il fait noir, j’allume vite. Le MP3 tourne encore sur la chaine et la bouteille est déjà sortie. Je lui propose un verre, il ne veut pas répondre, il enlève déjà mon gilet.

Alors on sombre. Lui souriant, moi déjà partie. J’ai soif.

Lire la suite « Prologue – Céleste »

Mercredi 13 Janvier 2016 – Nina

Mercredi 13 Janvier 2016 – Nina

Ce matin, il a reparlé. A moi. Directement. Il m’a parlé du linge. Et de moi. Ma capacité à m’en occuper. Enfin. Mon incapacité.

Et puis, il a ouvert la porte fenêtre, il est sorti. Et la porte a claqué. Le vent. Ou son bras, je ne sais plus.

J’ai foncé dans la chambre où se trouve notre panier à linge sale. J’ai commencé à tout trier. Trois tas. Le foncé, le blanc, les couleurs. Et puis j’ai re-séparé le linge de maison qui se lave à 90°. J’ai entendu le moteur se mettre en route. Près de mon oreille, une tronçonneuse aurait bourdonné que ça aurait été la même chose.

Je tremble mais je ne peux pas m’arrêter. Il a raison, je dois faire mieux. Mieux faire. Je tire sur mon haut manche trois quart. J’ai très froid.

Lire la suite « Mercredi 13 Janvier 2016 – Nina »

Mardi 12 Janvier 2016 – Nina

Mardi 12 Janvier 2016 – Nina

Il a recommencé à m’ignorer. Je ne sais pas si c’est une bonne chose. Ne plus exister c’est plutôt doux et reposant. Mais je suis angoissée: menace sourde du boomerang qui ne saurait tarder à faire demi tour, agrippant dans le vent de la force.

Dans la cuisine, le café fumant m’empêche de voir son visage. Rien ne saurait venir briser nos solitudes. Je tente le tout pour le tout et fredonne. Une chanson douce. Je ne connais même pas les paroles. Il allume la radio.

Des morts, toujours des morts. J’essaye d’être triste pour eux mais j’en suis incapable. Je suis mélancolique des premières soirées, des rires, des jeux. Je n’ai pas de place en moi pour le présent car le passé est omniprésent.

Lire la suite « Mardi 12 Janvier 2016 – Nina »