Début Mars 2016 – Nina

Début Mars 2016 – Nina

La lumière tamisée de la cuisine. Je me tapis dans l’ombre de mon plan de travail. Je me faufile entre les casseroles. Ce soir, je suis aux commandes, mais j’ai l’angoisse de la page blanche.

J’ai l’impression que beaucoup de choses se jouent ce soir, je n’ai pas le droit à l’erreur.

Il a dit : j’en ai marre, ce coup-ci tu cuisines. Je n’ai pas bronché. J’ai juste fermé la porte qu’il a réouverte. Je ne pourrai donc pas mettre de musique.

La musique est depuis le début un réconfort. Avec ou sans mots. Lente ou rapide. Mais toujours forte.

La casserole me glisse des mains. Elle tombe au sol dans un fracas.

Qu’est ce qui se passe encore, j’entends.

Lire la suite « Début Mars 2016 – Nina »

15 avril 2013 ou la fin du rêve – Nina

15 avril 2013 ou la fin du rêve – Nina

Parenthèse enchantée. Deux seules couleurs qui emplissent ma vie: le vert, le jaune. J’ai mangé autant de baies que je le voulais.

Mais tout est impermanent n’est-ce pas ?

Louis m’a saisi la main, un jour. Au dessus de la table. Il m’a souri.

Et j’ai su que c’était la fin. Que je n’allais pas savoir aimer cet autre. Que je ne savais en aimer qu’un. Un qui me manquait depuis déjà 3 semaines. Que je ne pourrai pas faire semblant. Que Louis ne serait toujours qu’un ami, un protecteur.

J’ai faim de cris. J’ai faim d’attention. J’ai faim de compliments et faim d’insultes. Je veux exister. Mon cœur veut battre la chamade. J’ai faim d’explosion, de fureur, de passion. On m’a trop mal habitué. L’adrénaline, l’excitation de la survie, ses bras, comme une addiction.

Lire la suite « 15 avril 2013 ou la fin du rêve – Nina »

16 mars 2013 ou l’inspiration – Nina

16 mars 2013 ou l’inspiration – Nina

Quand le moteur s’arrête,  je me réveille en sursaut, coupable de m’être endormie sans avoir fermé la porte.
Mais je suis assise sur un siège de voiture, confortablement recouverte d’une couverture noire.

Louis pose gentiment sa main sur mon bras, embêté de m’avoir effrayée. Dehors, ce sont les dernières lueurs du soleil. Les couleurs sont encore chaudes. Comme si le ciel entier me souriait.

Je n’ai enfin plus peur.

Lire la suite « 16 mars 2013 ou l’inspiration – Nina »

15 mars 2013, ou la liberté – Nina

15 mars 2013, ou la liberté – Nina

Le vent me souffle aux oreilles, la voiture ne roule plus mais vole, et Louis m’amène loin, le plus loin possible il a dit. Je passe de poings pointus à des bras qui enlacent avec le respect et la sérénité d’un frère.

Je ne sais pas où l’on va, on ne laisse juste aucune trace. J’ai 50€ en argent liquide et Louis complète avec sa carte bancaire personnelle.

Depuis longtemps, respirer n’est plus douloureux, il y a des fleurs violettes sur le bord de la route. « Ma » musique à la radio. Que Louis télécharge pour la passer autant de fois que je souhaite sur le trajet.

Je trace un trait dans ma tête sur un M, le I, le terrifiant G, le U toujours méfiant, le E qui crie, un L lugubre.

Lire la suite « 15 mars 2013, ou la liberté – Nina »

15 mars 2013 – Nina

15 mars 2013 – Nina

Un pied sur une chaise, un pied par la fenêtre, je cherche mon équilibre pour ne pas retomber vers l’intérieur.

La grande évasion, c’est aujourd’hui.

Un jour, il était venu un autre homme. Par hasard. On avait partagé un accoudoir dans un train. Ça l’avait mis en rage bien sûr, Miguel, quand il avait vu sa manche toucher mon manteau.

On s’était levés, on avait changé de wagon.

Mais il m’avait retrouvé. Touché par mon regard avait-il dit. Que pouvait-il faire avait- il dit.

A l’époque, la question ne se posait pas. La réponse était toute prête. Claire et cristalline.

« Tout va bien, c’est gentil ». Sourire. Crispé.

Il avait insisté, demandé mon numéro, si j’avais besoin de parler.

« Je suis une femme mariée » lui ont répondu mes talons.

Lire la suite « 15 mars 2013 – Nina »

Elle ne sait plus le jour – Nina

Elle ne sait plus le jour – Nina

L’odeur du tissu qui a passé quelques mois dans un placard sans lumière. C’est le noir. Comme si c’était la nuit ou le néant. Si je ne reprends pas un petit peu d’air, ça sera bientôt la fin.

Comme les enfants qui jouent au jeu du foulard, comme les adolescents qui se bécotent dans une remise, je suis assise là, derrière un manteau. Collée au fond: si j’arrête de bouger, me trouvera t-il ?

On ne joue pas à cache-cache. Enfin, je me cache mais lui ne joue pas.

J’ai lu que si on lui laissait un peu de temps, il trouverait un autre exutoire et je sortirai tranquillement de ma cachette.

En fait, ça n’a jamais vraiment marché. Mais j’ai lu que passé 35 ans, les hommes s’adoucissaient.

Lire la suite « Elle ne sait plus le jour – Nina »

12 Novembre 2015 – Nina

12 Novembre 2015 – Nina

Ce soir, ce sont nos 6 ans de mariage. 9 ans de relation. On dit que l’amour meurt à 3 ans. Moi, il m’a épousé.

Nos anniversaires se déroulent toujours de la même façon: une fois par an nous allons manger au Barranzo, un restaurant italien. Il me tire la chaise. Je le sens, derrière moi. Je tremble quand il rapproche le fauteuil. Ses gestes sont doux. L’endroit est plein.

Il commande un plat pour deux. Des poivrons.

Seule, je ne mangerais que des aliments violets: les aubergines, les fruits de la passion, des raisins, des prunes, des figues. Mon assiette tous les soirs est bien organisée. C’est Miguel qui cuisine. Du vert, du beige, du rouge. Les doses sont calées au gramme.

Alors, quand il dort, après 23h, et que je me glisse hors du lit, trottine jusqu’au garage, ouvre le placard, prends la boîte en plastique bleu, alors, là, je me gave de baies.

Lire la suite « 12 Novembre 2015 – Nina »